Quotidien, deuxième partie du 18 février 2019

visionner

telec

Quotidien, deuxième partie du 18 février 2019 en vidéo replay streaming

Quotidien, deuxième partie du 18 février 2019 avec Melvil Poupaud, Swann Arlaud, Alexandre Dussot-Hezez et Pierre-Emmanuel Germain-Thill

Diffusé sur TF1 le lundi 18 février 2019 à 20:26 – Durée : 50 min

Retrouvez l’intégralité du replay de la seconde partie de Quotidien du 18 février. On parle des fermetures de maternité en France avec Paul Larrouturou et des scandales de pédophilie dans l’Église avec Valentine Oberti. Pour approfondir le sujet, Yann Barthès reçoit en plateau l’équipe du film de François Ozon, « Grâce à Dieu » Melvil Poupaud et Swann Arlaud ainsi que deux victimes qui ont permis l’ouverture d’une enquête et le procès du père Preynat, Alexandre Dussot-Hezez et Pierre-Emmanuel Germain-Till.Comme plusieurs autres maternités en France, l’avenir de celle de Bernay (Eure) était en suspens depuis des mois. En déplacement sur place ce lundi 18 février, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a annoncé la « transformation » de la maternité menacée de fermeture : les femmes enceintes pourront y être suivies, mais ne pourront plus y accoucher. Paul Larrouturou a suivi la ministre pendant son déplacement.Il n’est pas encore en salles que, déjà, le dernier film de François Ozon fait les gros titres de la presse. Dans « Grâce à Dieu », le réalisateur se penche sur le sujet délicat de la pédophilie dans l’Église catholique, à travers le scandale du Père Preynat, accusé de pédophilie sur plusieurs enfants du diocèse de Lyon. Valentine Oberti revient sur le scandale et les acteurs Melvil Poupaud et Swann Arlaud ainsi qu’Alexandre Dussot-Hezez et Pierre-Emmanuel Germain-Thill, accusateurs du père Preynat sont sur le plateau de Quotidien pour en parler. Dans son Petit Q, Willy Papa fait le tour des avant-premières de la semaine, Laurent Macabiès débriefe les matinales politiques, Étienne Carbonnier fait un point sur les championnats de France de ski et Thomas VDB nous explique tout ce qu’il faut savoir sur l’état d’urgence écologique.

vous pourriez aussi aimer